Selon une étude récente réalisée dans le cadre de la sécurité au travail, 70 % des salariés auraient été victimes de sexisme au moins une fois durant leur carrière, et 65 % de ces cas sont des propos ou des comportements sexistes envers les femmes. On peut ainsi constater que le sexisme n’est pas un mythe, mais un véritable problème qui nuit à l’image de l’entreprise. C’est une pratique toxique qui peut augmenter le turn-over et engendrer des coûts considérables. Des endroits tels que la machine à café, la salle de détente et les terrasses sont des lieux propices aux réflexions sexistes. En tant que manager ou responsable RH, prenez des mesures préventives et tendez l’oreille ! 

Une réflexion sexiste, de quoi il est question ?

Une réflexion sexiste est un propos non verbal ou verbal qui suppose que les femmes sont inférieures aux hommes, ou inversement, et ce, dans tous les plans de vie. Elle peut se traduire par des remarques dégradantes, des jugements dévalorisants ou des blagues grivoises. Il existe également des stéréotypes de sexe qui sont fortement enracinés dans notre culture et notre société.

Mine de rien, on peut surprendre des réflexions sexistes dans des conversations entre salariés dans la salle de détente ou près de la machine à café. Ce genre de réflexion se caractérise surtout par des remarques comme :

          « Elle a été promue grâce à son physique. »

          « Elle fait du mauvais boulot aujourd’hui, peut-être a-t-elle ses règles ? »

La plupart du temps, il s’agit également de propos réducteurs ou jugements dévalorisants comme :

          « Les femmes ont leur place au foyer, pour s’occuper du ménage et des enfants. »

 

          « Comment se fait-il que vous soyez mécanicienne ? Ce n’est pas un métier pour les femmes. » 

    Que faire quand vous surprenez des discussions basées sur des propos sexistes ?

    Au cas où vous surprenez des réflexions sexistes à l’encontre d’une salariée, à la machine à café ou ailleurs, ne soyez pas un témoin passif. Demandez à ces personnes de ne pas dire du mal des autres, mais faites-le avec tact et fermeté. En tant que responsable des ressources humaines, vous êtes tenu d’assurer la sécurité et le bien-être des employés au travail. En plus de votre intervention directe, conseillez à la victime de dénoncer les personnes concernées. N’oubliez pas que le sexisme peut être à l’origine de bien de dérives sexuelles : harcèlement, agression, viol, etc.

    HARCÈLEMENT MORAL

    Quelles sont les responsabilités des dirigeants d’entreprise et du département RH à ce sujet ? 

    L’employeur et le responsable RH sont les premières entités à se mettre à la disposition des victimes en cas de sexisme. En effet, il est indiqué dans le Code du travail que « L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs ».

    Sans aucune action concrète de la part des responsables, la victime peut ainsi solliciter l’inspection du travail, le conseil des prud’hommes, et dans le pire des cas, le tribunal correctionnel.  Ces juridictions peuvent évidemment condamner l’employeur pour négligence envers la sécurité de ses employés.

    Comment faire pour éradiquer les réflexions sexistes ? 

    Pour ne pas nuire au bien-être des travailleurs, il est nécessaire de faire savoir à vos collaborateurs que le sexisme n’est pas toléré dans l’entreprise. Pour ce faire, organisez une séance de  sensibilisation sexisme ordinaire au travail, tenez une réunion avec les différents départements, et passez en revue les faits pertinents sur les conséquences des agissements sexistes. Lancez ensuite votre campagne de sensibilisation à travers des panneaux d’affichage, des débats, et des supports ludiques. Établissez des cadres moins formelles pour que les collaborateurs ne se sentent pas trop dans une atmosphère de pression, et qu’ils soient ainsi plus  réceptifs.

    Vous pouvez également consacrer une journée pour une formation sexisme ordinaire au travail. Utilisez des présentations PowerPoint, des tableaux et des courts-métrages d’information sur les propos sexistes et les conséquences de ces derniers sur les victimes. Sinon, optez pour des formations innovantes et originales, comme une formation ludique basée sur l’utilisation de la réalité virtuelle. Cette technologie a en effet plus d’impact sur la conscience des participants, car ces derniers sont exposés à des situations réelles et apprennent tout en s’amusant.

    REVERTO est une société qui peut vous aider dans l’exécution de cette formation. Experte dans son domaine, cette entreprise utilise la VR pour federer les collaborateurs. REVERTO  fait confronter vos employés au sexisme à l’aide de casques VR, leur permettant ainsi de se mettre dans la peau d’un(e) salarié(e) au sein d’une entreprise. Au fur et à mesure des scénarios, cette personne va subir le sexisme ordinaire de plein fouet. Les participants seront ainsi conscientisés de la souffrance que peut  ressentir la victime grâce à cette expérience immersive. Une fois mis en situation, ils sauront désormais comment réagir en conséquence, qu’ils soient victimes ou témoins.

    Une question ?