De nombreuses salariées en entreprise se plaignent de subir des propos sexistes dans leur environnement de travail. Entre blagues douteuses, compliments qui mettent mal à l’aise, et remarques culpabilisantes, le sexisme est aujourd’hui devenu un problème majeur qui détruit progressivement l’environnement professionnel et le bien-être des employés. C’est surtout le cas lorsque l’effectif des salariés est à majorité masculine, aux dépens d’un nombre infime de collègues féminins. La cause d’une telle situation réside dans des pratiques managériales devenues obsolètes, ainsi que des coutumes très enracinées dans notre culture et notre société. Peut-on encore espérer changer les choses au sein des entreprises aux anciennes pratiques managériales et coutumes très enracinées ?

La loi française a établi récemment l’obligation de sensibilisation au sexisme

La France figure parmi les mauvais élèves dans la lutte contre les agissements sexistes au travail. Et pour cause, la notion de « sexisme » n’existait pas dans le Code du travail avant la loi du 8 août 2016 et de la loi dite Rebsamen du 17 août 2015. L’article 4 de la loi Travail précise que des dispositions légales de lutte contre le sexisme doivent figurer dans le règlement intérieur de toute entreprise. Les acteurs concernés sont l’employeur, la direction, les managers, les ressources humaines, mais également le Conseil Social et Économique. Ces acteurs peuvent proposer des actions de prévention en matière d’agissements sexistes, notamment par la mise en place de formation sexisme ordinaire au travail. Ces deux lois n’empêchent que l’état des lieux soit toujours alarmant. En effet, des sondages ont révélé que 70 % des salariés auraient été victimes de sexisme au moins une fois au cours de leur carrière.

Des coutumes enracinées et des pratiques managériales obsolètes

De nombreux employeurs et supérieurs hiérarchiques ne se rendent pas compte que certains de leur comportement ou de leur propos peuvent blesser leurs collaborateurs. En effet, plusieurs stéréotypes de genre et autres clichés sont profondément ancrés dans les consciences. Par exemple, les propos irréfléchis sur la tenue vestimentaire d’une femme, les remarques désobligeantes sur son physique, sa coiffure, son maquillage… Certains dirigeants abusent de leur fonction d’autorité et donnent des appellations inappropriées à ses employées, comme « ma petite » ou « ma cocotte ». Les témoins collaborateurs en rient tout simplement, comme s’il s’agissait d’une simple blague. Pire, ces attitudes deviennent même une « norme » au bureau.

Quelles conséquences en entreprise ?

Les salariés victimes d’agissements sexistes ressentent un mal-être profond. Cette situation de malaise et d’inconfort constant au travail peut finir par être un véritable calvaire, et altérer la santé physique et mentale de la victime. Cela impacte bien évidemment sur sa performance et sa productivité, jusqu’à faire augmenter le taux d’absentéisme et de turn-over. Ces conséquences engendrent pourtant des coûts supplémentaires, ce qui fait nuire à l’image de l’entreprise. Dans le pire des cas, des dérives sexuelles peuvent apparaître : harcèlement, agression, viol, etc. Ce qui peut provoquer des idées suicidaires à la victime de sexisme. Les dénonciations peuvent coûter à l’auteur d’agissements sexistes des dommages-intérêts, une amende ou un emprisonnement. L’employeur peut passer devant les tribunaux et être condamné pour négligence envers la sécurité de ses employés au travail. Sans action de sensibilisation, l’entreprise a donc beaucoup à perdre, sur le moyen terme et sur le long terme.

      La technologie évolue vos pratiques RH aussi

      Sensibiliser au sexisme grâce à des solutions innovantes

      Il existe de plusieurs méthodes pour réaliser une sensibilisation sexisme ordinaire au travail. Par exemple, vous pouvez lancer une campagne de sensibilisation à travers des méthodes classiques comme des panneaux d’affichage, organisation de débats, de groupes de parole… Vous pouvez également consacrer une journée entière pour réaliser une formation sexisme ordinaire au travail. Préparez des présentations PowerPoint, des tableaux et des courts-métrages d’information sur les agissements sexistes et ses conséquences.

      Ces approches traditionnelles sont utiles, mais insuffisantes. Il est conseillé de réaliser des actions complémentaires, comme une sensibilisation ludique qui utilise la réalité virtuelle. Cette technologie a plus d’impact sur la conscience des collaborateurs, puisque ces derniers sont exposés à des situations proches de la réalité tout en s’amusant. Faites appel à un expert comme REVERTO, une société de production audiovisuelle immersive basée à Lyon.

      Cette société utilise la réalité virtuelle pour fédérer vos collaborateurs. REVERTO leur met à disposition des casques VR, qui les mettront dans la peau d’un salarié dans une entreprise. Au fur et à mesure des scénarios, cette personne va subir le sexisme ordinaire de plein fouet. Les participants ressentiront le calvaire des réelles victimes du sexisme au travail, grâce à cette expérience immersive. REVERTO vous propose entre autres diverses offres :

              formation risques humains ;

              formation sexisme ordinaire au travail ;

              sensibilisation harcèlement moral au travail ;

              sensibilisation risques psychosociaux ;

              prévention harcèlement sexuel au travail ;

              prévention handicaps invisibles au travail.

      Il est également possible de réaliser une offre sur mesure et personnalisée, selon vos besoins en entreprise.

        Une question ?