Comment dire à un collègue qu’il est sexiste ?

Publié le 30 Avr 2021
Mise à jours le 16 Avr 2024

Au quotidien, chacun est témoin et/ou cible de sexisme ordinaire. Que ce soit au travail, dans la rue, en regardant la télévision ou bien en faisant ses courses, on a déjà tous entendu une remarque ou un commentaire sexiste.

Cependant, on ne conscientise pas forcément sur le moment que la teneur des propos est inappropriée. Parfois, on laisse passer un agissement sexiste en se disant que c’est juste une remarque maladroite, d’autres fois on n’y prête pas attention et puis dans certain cas, on ne relève plus, car c’est habituel.

Ne rien dire c’est soutenir ?

Il est important de dénoncer les agissements sexistes pour faire évoluer la société, mais parfois…c’est difficile !

Qu’on soit témoin ou cible de sexisme ordinaire, il est parfois délicat d’expliquer à l’auteur que son agissement est inapproprié. Comment va-t-il le prendre ? quelles conséquences mon intervention va-t-elle engendrer ? …

Pourtant, dans de nombreux cas, l’auteur de sexisme ordinaire agit sans même réaliser que son propos est sexiste. On pense notamment aux interpellations familières au travail, un « ma petite » ou « miss » part parfois d’un bon sentiment pour exprimer sa sympathie envers une collègue. Le problème, c’est qu’en laissant passer ce genre d’agissement dans le quotidien, cela laisse la porte ouverte aux dérives, comme on a pu le voir récemment lors du conseil municipal de Paimpol durant lequel un élu s’est adressé à la maire en l’appelant « ma cocotte ».

Le sexisme ordinaire porte bien son nom puisqu’il se fond dans le quotidien. L’endiguer n’est pourtant pas insurmontable, puisqu’il suffit de changer des habitudes et pratiques. Pour cela, il est essentiel de faire évoluer les mentalités et de faire réaliser aux auteurs d’agissement sexistes, les conséquences de ces agissements.

Lire aussi : RH : comment devez-vous agir en cas de mauvaises pratiques managériales en interne ?

Pourquoi il est de notre devoir de réagir ?

Si une remarque sortie du lot ne dérange pas forcément, la récurrence des agissements sexistes au quotidien est problématique, car cela renforce des vieux clichés, contribue à infantiliser les femmes, font perdurer le fameux plafond de verre auquel selles sont confrontées. C’est pour cette raison qu’il est important de réagir lorsqu’on est témoin et/ou cible de sexisme ordinaire. C’est en dénonçant qu’il devient possible d’éviter la généralisation de ces agissements, pour les rendre marginaux, choquants, rares, inexistants. Attention, ne pas réagir n’est pas honteux, une cible de sexisme n’est pas responsable ! Comme le rappelle le site https://arretonslesviolences.gouv.fr/, aucune tenue, aucune attitude, aucun lien ne justifient un comportement/paroles, offensant, intimidants, qui portent atteinte à la dignité.

Alors comment réagir ?

1 – Faire répéter : Un personne auteure de Sexisme qui par exemple, lancerait à la volée « sympas ta robe c’est pour le plaisir de mes yeux ? », faites-le répéter. Sa remarque tombe alors à plat, et pourra lui faire comprendre qu’il n’y a rien d’intelligent ni de drôle.

2 – Réagir à chaud ou à froid, mais réagir : Avoir de la répartie juste après avoir entendu une remarque sexiste n’est pas toujours facile. On aura tendance à sourire ou « bugger » d’étonnement, sans savoir quoi répondre. Dans ce cas, n’hésitez-pas à en parler plus tard, le lendemain ou la semaine suivante, en expliquant que vous n’avez pas oublié cette remarque qui vous a mis mal à l’aise. En régissant à froid, dans un contexte différent, votre collègue aura tendance à vous écouter et à réfléchir à cette remarque, une fois sortie de son contexte, pour se rendre compte que oui, elle est déplacée et inutile.

3- Nommer le comportement : « Tu sais que 80% des femmes sont la cible de sexisme ordinaire » ? C’est à cause de remarque comme celle que tu viens de faire. Pour toi c’est surement bienveillant ou sans importance mais moi ça me met mal à l’aise. Je préfère que tu évites.

4- Chercher du soutien : Auprès de vos collègues, si témoins de la situation, leur demander ce qu’ils en pensent. Souvent, une personne auteure de sexisme l’est avec plusieurs de ses collaborateurs. Ainsi, en ayant des alliés, vous vous rendrez compte que vous pouvez vous réunir à plusieurs pour réagir.

5- En parler à votre référent Sexisme/ Harcèlement. Si vous ne savez pas qui est cette personne, parlez-en à votre RH ou à une personne de confiance dans l’entreprise. Il est important de briser le silence de ne pas garder pour soit ces agissements qui peuvent avoir de lourdes conséquences.

6- Rester calme : En gardant le contrôle de ses émotions, les mots auront plus d’impact. Si sur le moment, la situation vous énerve trop, revenez plus tard pour expliquer ce que vous ressentez et pourquoi cette remarque n’a pas lieu d’être. Si vous le pouvez, réagissez tout de suite mais en gardant votre calme. Vous pouvez simplement expliquer que vous vous sentez mal à l’aise. Si votre interlocuteur vous répond que vous manquez d’humour ou que ce n’est qu’une blague, « on ne peut plus rien dire », vous pouvez rétorquer que si, vous avez de l’humour mais que les blagues sexistes ne vous font plus rire à force de les entendre. Une blague sexiste ce n’est pas drôle, c’est vu et revu. Le sujet est éprouvé.

NOS BLOGS
Démystifier le sexisme et ses manifestations diverses
Blog

RH, comment lutter contre les interpellations familières sexistes ?

interpellation familiere sexisme
Blog

Comment mettre en place des formations harcèlement sexuel au travail ?

formation harcelement sexuel travail
Blog

La VR pour former à l’empathie : LA solution du bien-être au travail ?

La VR pour former à l'empathie
Blog

Retenir l’attention des collaborateurs en formation, la magie de la réalité virtuelle

Retenir l'attention des collaborateurs en formation